Les bienfaits du portage

Physiologiquement :

Si l’on compare le bébé humain à d’autres petits mammifères, celui-ci naît prématurément. En effet, un poulain ou une antilope par exemple sont capables de courir moins d’une heure après leur naissance, comparativement à l’humain qui acquerra cette capacité seulement de nombreux mois plus tard. Les études actuelles démontrent que la bipédie a modifié la forme de notre bassin afin d’être capable de tenir majoritairement debout, en le rétrécissant. Parallèlement à cette modification physiologique, le cerveau a quant à lui grossi (et donc le crane), rendant les accouchements par voie basse plus difficiles. Le cerveau du bébé humain atteint 25% de celui de l’adulte, alors que pour la majorité des autres mammifères il est de 80% ! Pour que le bébé humain naisse au même stade d’achèvement que les autres mammifères, la grossesse devrait se prolonger encore plusieurs mois ce qui rendrait les naissances impossibles. La nature étant bien faite, c’est pour éviter ce problème obstétrical que les bébés humains naissent prématurément. À la naissance, et pour une durée de douze mois environ, le bébé humain se retrouve totalement dépendant de ses parents pour son bien être et sa survie. De plus, le développement de ses systèmes digestifs, immunitaires, nerveux, etc continuent de se développer. Le nouveau – né peut se qualifier de « fœtus ex utéro ».

Biologiquement :

Dans la nature, il existe trois types d’animaux :

  • Les nidicoles : ceux – ci se développent dans un nid et sont incapables de se débrouiller seuls à la naissance. Leur survie dépend du nid qui leur apporte protection et de leurs parents qui s’en occupent, comme les oiseaux par exemple.

  • Les nidifuges : ceux – là sont capables de se déplacer dès la naissance pratiquement comme des adultes, comme les poulains par exemple.

  • Les portés : ceux qui s’agrippent à leur mère et vivent ainsi portés, comme les marsupiaux et les singes par exemple.

Nous, être humains, sommes des mammifères porteurs et portés. Nos bébés sont faits pour cela, malgré la société actuelle qui tend à les transformer en nidicoles culturels en valorisant et en développant des objets de puéricultures qui les séparent de leur mère (transat, poussette, lit à barreaux etc).

Physiquement :

Si l’on a tendance à entendre ou croire qu’un enfant porté se développera moins facilement qu’un enfant en poussette, n’ayez crainte, c’est plutôt tout l’inverse.

  • Le portage physiologique assure un bon développement des hanches et de la colonne vertébrale. Celui – ci est même nettement conseillé pour les enfants souffrant de dysplasie de la hanche.

  • Le portage développe l’équilibre de l’enfant, car la verticalisation et les balancements ainsi offerts stimulent l’oreille interne.

  • La position verticale adoptée en portage permet aussi de facilité la digestion et d’apaiser les bébés souffrant de coliques ou de reflux gastro – œsophagien.

  • Le portage permet également de stimuler le tonus musculaire et le système sensoriel. L’enfant porté participe aux mouvements, il est actif contrairement à sa position passive en poussette par exemple.

  • Les os du crâne d’un bébé sont souples les premiers mois de sa vie et il passera de nombreuses heures à dormir au départ. En portant son enfant, on prévient également la plagiocéphalie (tête plate), en évitant que celle – ci soit trop longtemps posée sur une surface plane.

Affectivement :

Le portage permet une adaptation en douceur pour l’enfant à sa vie extra utérine et lui permet de prolonger le sentiment de sécurité et de bien être qu’il ressentait porté par sa mère pendant la grossesse, c’est la notion de continuum. Si vous désirez allaiter, il facilite également la mise en place de l’allaitement et les montées de lait, grâce à la proximité de l’enfant avec sa mère, de la même façon qu’il favorise l’attachement parent-enfant en libérant chez l’un comme chez l’autre de l’ocytocine, aussi appelée hormone de l’amour.

 

Et de manière tout à fait organisationnelle, porter son bébé nous libère les mains et nous permet ainsi d’accomplir tout un tas de tâches de la vie courante tout en apaisant bébé et en lui offrant la sécurité affective qu’il réclame.

 

Alors si vous hésitiez à porter votre enfant, de peur de mal faire, de lui nuire ou de ne pas lui apporter ce dont il aurait besoin, vous devriez désormais être convaincus.